Nipah, le virus qui inquiète

Source OMS

L’infection à virus Nipah est une zoonose émergente et grave chez l’animal et chez l’homme. Les hôtes naturels de ce virus sont des chauves-souris frugivores de la famille des Ptéropodidés, qui appartient au genre Pteropus.

Le virus Nipah a été identifié pour la première fois en 1998 au cours d’une flambée à Kampung Sungai Nipah, en Malaisie. L’hôte intermédiaire était alors le porc mais lors de flambées postérieures, il n’y avait pas d’hôte intermédiaire. En 2004, au Bangladesh, des personnes ont été infectées par le virus Nipah après avoir consommé du jus frais de palmier-dattier qui avait été contaminé par des chauves-souris frugivores. Une transmission interhumaine a également été signalée, notamment dans un hôpital en Inde.

Le tableau clinique chez l’homme va de l’infection asymptomatique à un syndrome respiratoire aigu et à une encéphalite mortelle. Le virus Nipah peut aussi entraîner une maladie chez le porc et d’autres animaux domestiques. Il n’existe de vaccin ni pour l’homme ni pour l’animal. Le traitement symptomatique intensif reste la principale méthode de prise en charge de cette infection chez l’homme.

Source BBC

Traitement

On ne dispose actuellement d’aucun médicament ou vaccin spécifique pour traiter l’infection par le virus Nipah, bien que la maladie figure sur la liste OMS des maladies prioritaires au titre du Schéma directeur en matière de recherche-développement. Des soins de soutien intensifs sont recommandés pour traiter les complications respiratoires et neurologiques sévères.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s