I can’t breathe : Sandra Bland, Eric Garner et Adama Traore

On ne compte plus le nombre d’hommes et de femmes Noir.e.s morts à cause de violence policière. Récemment, le meurtre au grand jour de George Floyd a ému une grande partie de la population.

Sandra Bland, Eric Garner et Adama Traore font partie de ces victimes Noires mortes asphyxiées.

On parle beaucoup des victimes américaines mais il ne faut pas oublier les victimes françaises car elles existent aussi.

Adama Traore

Le 19 juillet 2016, Adama Traoré meurt dans sa cellule.

Plus tôt, vers 17h, Adama est avec son frère Bagui quand un véhicule de police s’arrête à leur niveau et procède à un contrôle d’identité.

Adama s’enfuit car il n’a pas ses papiers. Alors, une course poursuite tumultueuse s’en suit. Dans un premier temps, il est rattrapé par la police, mais il réussit à s’enfuir. Puis, il est de nouveau rattrapé mais il s’enfuit encore. Il sera finalement arrêté chez un « ami ». Et c’est là que les problèmes commencent.

Il est plaqué au sol par la police et il leur dit qu’il a du mal à respirer. La police le soulève et le place dans leur véhicule. Adama est fébrile. Il semble avoir des malaises et se fait même pipi dessus.

Il sera retrouvé mort dans sa cellule face contre terre.

En 2017, une expertise conclut à la mort par asphyxie. Mais le 29 mai 2020, la mort par asphyxie positionnelle est écartée suscitant l’indignation des soutiens d’Assa Traore, la sœur d’Adama Traore. Assa Traore est à l’origine du comité de soutien de son frère.

« Je n’arrive plus à respirer »

Eric Garner

Il meurt le 17 juillet 2014.

Eric Garner est un père de famille qui a 6 enfants. Il est connu pour vendre des cigarettes illégalement. C’est à ce sujet qu’il sera questionné par la police dans la rue le 17 juillet 2014. Éric nie. Alors, le ton monte. Un policier lui demande alors de mettre ses mains dans le dos. Il refuse. C’est là qu’un des policiers lui fait une technique d’étranglement interdite depuis 1993 à New-York.

Asthmatique et en surpoids, Éric dira plusieurs fois « I can’t breathe! » ( je ne peux pas respirer). Il sera emmené à l’hôpital et mourra.

En 2015, l’État de New-York verse 5,9 millions de dollars à la famille.

Le 18 août 2019, le policier responsable de la prise d’étranglement est licencié de la police.

Sandra Bland

Elle meurt dans sa cellule, le 13 juillet 2015.

Tout commence par un banal contrôle de police, le 10 juillet 2015, car Sandra n’a pas mis son clignotant. Elle dit ne pas avoir mis son clignotant justement parce qu’elle voulait laisser passer la voiture de police qui la suivait de près.

Le policier lui demande ses papiers. Elle les lui donne. Puis, il lui demande d’éteindre sa cigarette mais elle refuse car elle dans sa voiture donc sa propriété privée. Alors, le ton monte et le policier arrête Sandra Bland pour « outrage à agent ». Le policier justifiera l’arrestation en disant qu’il avait eu peur pour sa vie or des vidéos de l’arrestation prouveront le contraire.

Elle est placée en garde à vue. Le 4ème jour de sa garde à vue, elle est retrouvée sans vie dans sa cellule. Les policiers diront qu’elle s’est pendue et ils conclueront à un suicide.

Les membres de sa famille ne croient pas à l’hypothèse du suicide. Malgré leurs tentatives de poursuivre la police, l’asphyxie par pendaison restera la cause de la mort.

Le policier responsable de son arrestation sera licencié.

Un documentaire lui sera dédié en 2018.

Pourquoi une femme Noire passe 4 jours en garde-à-vous pour un simple contrôle routier?

VJV

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s