Êtes-vous validiste?

Le validisme ou capacitisme, c’est quoi?

• une définition :

Le validisme c’est considérer les personnes valides (sans handicap) comme étant la norme universelle à atteindre à tout prix. La personne porteuse de handicap est vue comme anormale par rapport à la personne valide et elle doit tout mettre en œuvre pour s’approcher du physique ou des attitudes ou de l’intellect de la personne valide. Hors de question que la personne porteuse de handicap soit heureuse comme elle est. Elle doit changer! Elle doit se changer en personne valide.

De plus, selon le validisme, la personne handicapée doit, autant que possible, cacher son handicap afin d’avoir un physique ou des attitudes se rapprochant de la norme valide. Elle doit changer! Elle ne doit pas aimer son handicap, ni son membre handicapé. Elle ne doit pas s’aimer! Elle doit se haïr et chercher à changer pour correspondre à la norme esthétique et intellectuel du validisme. En résumé, le validisme c’est de la violence faite aux personnes handicapées.

Les personnes qui adhèrent au validisme sont des validistes.

• le groupe des personnes validistes :

La personne valide a un privilège dans la société. Elle jouit de nombreux avantages. Les infrastuctures sont conçues pour elles. Elle est représentée dans les médias, dans les lieux de pouvoir.

Malheureusement, de nombreuses personnes valides sont validistes. Elles se voient comme étant la norme. Pour elles, c’est logique que les personnes handicapées s’adaptent, changent pour leur ressembler. Les personnes validistes se pensent supérieures en beauté et en intelligence face à une personne handicapée moteur ou cognitif. Pour elles, il est inconcevable qu’une personne handicapée puisse s’apprécier. Elle doit changer c’est-à-dire devenir valide. S’il lui manque un membre par exemple, elle doit le remplacer par un membre de substitution quand bien même ce membre de substitution ne lui sert à rien d’un point de vue moteur. Elle doit chercher à correspondre aux normes esthétiques du validisme.

Or des activistes porteurs de handicap ont montré qu’ils aimaient leur corps handicapé. Ils en sont fiers.

Vilissa Thompson combat le validisme. Elle a créé une plate-forme pour femmes Noires porteuses d’un handicap afin de libérer la parole.

Il y a « le gentil validiste » qui est plein de « compassion » et de pitié. Il va plaindre la personne handicapée et va chercher à la changer en personne valide (notamment en priant). « Oh! Le pauvre! » « Il n’a pas de chance! » sont les mots de notre gentil validiste. Cette personne se croit gentille et bienveillante alors qu’elle infantilise la personne handicapée et se donne le droit de lui montrer indirectement qu’elle n’est pas assez bien et qu’elle doit donc changer. Ce n’est pas à la personne handicapée de changer. C’est à la société de reconnaître que les personnes handicapées sont belles, capables et intelligentes telles qu’elles sont.

• les actes validistes :

Paroles validistes. Comme on a vu précédemment, les paroles validistes peuvent se cacher dans des paroles d’apparence gentille. « Oh le pauvre! » « Il n’a pas de chance! » De quel droit évalue-t-on négativement cette personne? Imaginez que quelqu’un se plante devant vous et vous dise « oh le pauvre! ». Vous le prendriez très mal car personne n’aime être jugé surtout négativement.

Il y a aussi les paroles volontairement blessantes telles que les moqueries. Se moquer des attitudes des personnes handicapées, de leur façon de marcher ou de parler.

L’humoriste Patrick Timsit se retrouve devant les tribunaux en 1999 pour avoir fait un sketch dans lequel il se moque des personnes trisomiques.

Certains vont jusqu’à dire qu’il s’agit d’une malédiction. Le corps handicapé est perçu comme l’oeuvre du Diable. Imaginez les conséquences dévastatrices de telles paroles sur l’estime de soi d’une personne handicapée.

Images validistes. Dans la plupart des cas, les personnes handicapées sont invisibilisées. Elles sont inexistantes dans la pub, dans les films, les séries…

Quand elles sont représentées, les images validistes véhiculent des images négatives des personnes porteuses de handicap. Elles sont montrées comme étant malheureuses, tristes.

Les images validistes se caractérisent aussi par une comparaison incessante aux personnes valides. C’est comme si les personnes handicapées ne pouvaient pas exister par elles-mêmes. Lorsqu’on parle d’une personne valide, la compare-t-on à une personne handicapée?

Image validiste où le bonheur d’une personne handicapée ne peut être appréciée qu’à travers la norme validiste. « Si elle est heureuse c’est parce que son fauteuil lui permet d’être comme une personne valide. »

Dans les films, les personnes noires handicapées sont quasiment inexistantes. Les Noirs sont quasiment toujours représentés par des personnes valides. Les personnes handicapées sont très majoritairement blanches dans les films

Désir Bastareaud, surnommé « Giant Coocoo » le seul acteur Noir de petite taille qui a marqué l’histoire du cinéma français. Il s’est fait connaître pour sa participation dans les séries AB production comme « le miel et les abeilles »

Une admiration pour dissimuler des inégalités sociales

La personne porteuse d’un handicap peut aussi être dépeinte comme une personne combative qui défie tous les obstacles. Elle devient un modèle d’abnégation et d’héroïsme.

De prime abord, on pourrait croire qu’il s’agit d’une vision positive de la personne handicapée. Le problème avec cette image c’est que l’on applaudit un combat qui ne devrait pas exister. En effet, la personne handicapée n’aurait pas à surmonter ces obstacles si on vivait dans une société qui prenait en compte les besoins des personnes handicapées.

Alca, un Venuzuélien qui se déplace à force de ses bras ou avec son skate

C’est bien d’applaudir la combativité des personnes handicapées. Mais en même temps il faut dénoncer cette société qui les oblige à devenir des combattants. Cette société inadaptée. C’est à la société de changer pas aux personnes handicapées de combattre.

Des infrastructures inadaptées

Les infrastructures sont inadaptées. Les équipements urbains ont été pensé par et pour des personnes valides. Voilà le problème.

Quelques exemples :

Les trottoirs trop hauts, trop étroits. Certes, de plus en plus, les villes modifient les trottoirs pour les rendre plus accessibles mais il reste encore du travail.

Des ascenseurs absents. Dans certains grandes villes de France, il n’ y a pas d’ascenseurs dans les bouches de métro à certains arrêts. Ce manque d’ascenseurs touche toutes sortes de bâtiments.

Les transports inadaptés. Oui, il existe bien des rampes dans les bus mais quand ceux-ci sont bondés, impossible pour une personne handicapée de monter. Sans parler des personnes qui délibérément ne se poussent pas pour laisser la personne handicapée monter.

Des appartements d’un autre âge. Les portes et les couloirs des appartements sont parfois trop étroits pour permettre le passage d’équipements spécifiques.

Il existe de très nombreux exemples d’infrastructures inadaptées dans notre société. La liste ci-dessus est loin d’être exhaustive.

Aux infrastructures inadaptées, se rajoutent des personnels mal informés qui minimisent les handicaps surtout en cas de handicap invisible c’est-à-dire un handicap que l’on ne peut pas voir avec les yeux. De nombreuses personnes handicapées doivent faire face à l’incrédulité de leur entourage. Elles sont alors incomprises.

Les combats pour l’égalité

Les personnes handicapées ont combattu pour leur droit partout dans le monde et ils combattent encore. Le film defiant lives fait état de ces combats. Des groupes d’activistes ont combattu aux Étas-Unis, en Angleterre et en Australie en s’inspirant du combat pour les droits civiques des Africains Americains. Battant le pavé, n’hésitant pas à se positionner devant des trains en marche pour demander à pouvoir entrer dans les transports.

Ces mouvements luttaient aussi contre le placement systématique des personnes handicapées dans des instituts spécialisés comme s’ils devaient être mis à part. Ils ont le droit de vivre dans des appartements, d’avoir un emploi comme tout un chacun.

Aujourd’hui, en France, des groupes militants entendent bien lutter pour que la personne handicapée ne soit plus vu comme une personne défaillante mais un individu à part entière. Vous pouvez consulter ce site qui lutte contre le validisme.

Il est important de rappeler que les discriminations envers les personnes handicapées sont encore réelles en France. Sur le marché du travail, il règne une vraie injustice. Le taux de chômage des personnes handicapées est de 18%.

La société, notre éducation nous a habitué à voir les handicapés comme des personnes « non capables de ». Non capable de marcher, non capable de courir, non capable de faire telle ou telle chose. Aujourd’hui, les groupes militants nous rappelle que la personne handicapée est une personne à part entière et que ce sont nos regards valides voire validiste qui les rendent différents. C’est sûrement à nous de revoir notre regard et nos infrastructures.

Alors, êtes-vous validistes?

VJV

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s