Les Afrodescendants sont-ils homophobes?

SUJET TABOU

Violence. Perte d’emploi. Solitude. Abandon familial. Suicide. « Viol punitif » Incompréhension. Homophobie…

Il est difficile d’être lesbienne ou gay dans les communités africaines. En France, les Afrodescendants LGBT font face à de nombreux obstacles allant de l’homophobie au racisme.

En Afrique

Des lois homophobes. De nombreux pays africains criminalisent l’homosexualité. En effet, 28 pays pénalisent juridiquement l’homosexualité. En Mauritanie, au Soudan, la peine de mort est même d’actualité.

Des actes homophobes. Au Cameroun, une liste dénonçant les personnes homosexuelles « haut-placées » dans la classe politique a secoué le pays. Les auteurs de cette liste associaient l’homosexualité à la déchéance du milieu politique. En Afrique du Sud, les viols sur les personnes homosexuelles dans le but de les punir sont assez fréquents.

Quelles sont les raisons du rejet de l’homosexualité dans les communautés africaines et afrodescendantes?

Religion. Le christianisme et l’islam sont largement répandus en Afrique. Les interprétations les plus répandues des textes liés à ces religions sont en faveur de la condamnation de l’homosexualité. Celle-ci est vue comme étant un péché envers Dieu. Ainsi, de nombreuses personnes adhérants à ces religions reconnaissent le caractère illicite de l’homosexualité. Elles rejettent ainsi l’homosexualité et bien souvent ce rejet s’étend à la personne homosexuelle elle-même.

Homophobie dénoncée en Ouganda

Héritage colonial. Les lois homophobes d’aujourd’hui sont empruntes des lois homophobes du temps colonial. Ainsi, pour les pays colonisés par les Britanniques, le Code pénal des colonies avait à l’époque interdit la sodomie, alors qualifiée de “vice contre nature”. Dans certains de ces pays, par exemple en Tanzanie et au Nigeria, ces restrictions ont été depuis amplifiées et durcies par de nouvelles lois.

Lutte contre une « invasion européenne ». Résistance culturelle. Les associations et organisations venant d’Europe et en faveur de l’homosexualité sont présentes en Afrique. Elles bénéficient parfois de fonds de financement conséquents notamment concernant la lutte contre les MST et le SIDA. Elles participent aussi à la visibilité des personnes homosexuels et lesbiennes sur le territoire africain. Cela aura 2 conséquences principales. En augmentant la visibilité des homosexuels en Afrique, cela a augmenté les attitudes homophobes en réaction à cette visibilité. De plus, l’implantation de ces organisations européennes pro-LGBT est interprétée, par les populations, comme une tentative de l’Europe de s’infiltrer en Afrique pour encourager l’homosexualité. Cela nourrit les préjugés contre l’homosexualité tels que « c’est pas africain! » « C’est une maladie des Blancs! » Ainsi, pour de nombreux Africains, l’homosexualité a été importée par l’Europe notamment importée par les ONG européennes.

Les mentalités changent en Afrique

Mais d’un autre côté, il existe des pays qui ne criminalisent pas l’homosexualité. Ainsi le Gabon, la côte d’Ivoire, le Mali et La République Démocratique du Congo (RDC) n’ont rien inscrit dans leur code pénal concernant l’homosexualité.

Pour autant, même dans ces pays, la violence à l’égard des lesbiennes et des gays, persistent. De l’insulte à la violence physique en groupe, il est difficile d’afficher au grand jour son amour quand on est lesbienne.

Alors les militants réagissent afin de faire évoluer les mentalités. ils revendiquent leur droit. Dans le film, « Rafiki » de Wanuri Kahiu, la romance entre deux lesbiennes devient un hymne à l’amour sur le continent africain.

« Rafiki » un hymne à l’amour lesbien

Le film sera banni au Kenya parce qu’ «  il aborde le thème du lesbianisme, et qu’il tente de promouvoir l’homosexualité au Kenya ce qui va à l’ encontre de la loi et des valeurs kenyanes.  » a dit le KFCB (autorité audio-visuelle chargée d’examiner le contenu des films )

Film « Rafiki » de Wanuri Kahiu
Le KFCB interdit le film « Rafiki »

D’autres personnalités africaines se lèvent pour dénoncer l’homophobie. C’est le cas de la nigériane Chimamanda Ngozi Adichie. « Un crime fait des victimes ; en quoi l’homosexualité est elle un crime ? »dira-t-elle.

Chimamanda Ngozi Adichie

Elle rajoutera que les personnes homosexuelles sont autant africaines que les personnes hétérosexuelles. « Sochukwuma était né au Nigeria de parents d’ethnie Igbo, comme ses grands-parents et arrières-grands-parents. Nous connaissons tous des gens comme lui, ils ne sont pas moins Africains que nous ».

Le Botswana dépénalise l’homosexualité

Il y a aussi des choses qui changent dans les haut-lieux de décision. Certains pays décident de dépénaliser l’homosexualité. C’est le cas du Botswana.

De la difficulté d’être homosexuel ou lesbienne et Afrodescendant.e en France

En France, malgré une loi favorable au mariage homosexuel, la situation des Afrodescendants LGBTQI+ reste difficile.

En plus de l’homophobie et l’hétérosexisme, ils subissent le racisme des milieux homosexuels Blancs. Ainsi, dans les médias pro LGBT, ils se voient victimes d’ « exotisation » quand ils sont représentés car dans la plupart des cas ils sont juste invisibilisés. Leurs problématiques spécifiques sont aussi invisibilisés.

Les sujets tels que le droit d’asile des personnes LGBT venus d’Afrique ou encore l’immigration sont souvent passés au second plan voire inabordés. La condition spécifique de l’Afrodescendant.e homosexuel ou lesbienne n’est jamais discutée dans les milieux gay traditionnels. Ces milieux sont très largement dominés par des hommes Blancs qui n’hésitent pas à « silencer » les minorités afrodescendantes homosexuelles et lesbiennes.

Pour ces raisons, la communauté afrodescendante LGBT a eu besoin de s’organiser et de créer sa propre manifestation. Ainsi, en 2016, s’ouvrira la 1ère Paris Black Pride.

Paris Black Pride

La Paris Black Pride est un mouvement inspiré par les mouvements Noirs des États-Unis. C’est un événement convivial avec des soirées, des expositions, des projections et des tables rondes. Les problématiques LGBT et afrodescendantes y sont discutées.

D’autres groupes afrodescendants et LGBT voient le jour. L’association Afrique arc-en-ciel s’occupe des ressortissants africains LGBT et de leurs problématiques spécifiques . De nombreux Africains et Africaines sont amenés à quitter leur pays en raison des pressions homophobes qui pèsent sur eux.

Aujourd’hui, il est encore très difficile voire dangereux d’évoquer le sujet de l’homosexualité dans les sociétés africaines et afrodescendantes.

Des coming out difficiles

Les coming-out donnent souvent lieu à des drames familiaux. Violence ( verbale ou physique), mise à la porte, insultes, enfant renié, poussé à la précarité, harcèlement, viol…

Les espaces dédiés à l’afrodescendance et à l’afrique sont souvent des espaces mixtes dominés par la norme hétérosexuelle et la norme patriarcale. Il n’y a pas de place faite pour les afrodescendants homosexuels ou lesbiennes. Le tabou est loin d’être levé.

Pour en savoir plus sur l’homosexualité en Afrique ( Cliquez ici )

VJV

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s